Atelier Halloween à PERTUIS, au Tea Time plus d’infos sur www.vivreleluberon.com

Ateliers d’Halloween Mercredi 22 et 29 octobre à partir de 15h ! Renseignements sur http://www.teatime-store.fr/

tea time

Publié dans Actualités, Halloween | Commentaires fermés

Cette semaine, le voyage gourmand d’Angélique vous parle du foie gras ! Plus de détails sur www.vivreleluberon.com

Première préparation pour Noël

« On ira où tu voudras quand tu voudras,

Et on s’aimera encore, lorsque l’amour sera mort »…

Vous vous souvenez de cette chanson ? J’étais gamine quand c’est sorti, mais comme j’adorais Joe Dassin, je connaissais les paroles par cœur. A l’époque dès le mois de septembre, on commençait à se cailler, donc je rêvais de cette saison qui « n’existe que dans le nord de l’Amérique. Là-bas, on l’appelle l’été indien. Et c’était tout simplement le nôtre ».

Tu ne savais pas si bien dire Joe, car désormais nous aussi en Provence, on l’a, notre été indien. Et on l’apprécie !

Pour autant, gardons-nous de trop jouer aux cigales… Il va falloir an-ti-ci-per. Je vous l’ai dit mille fois, si la cuisine c’est de la passion, c’est aussi de l’organisation. Histoire de ne pas se retrouver avec une charge de travail invraisemblable d’un seul coup, et un porte-monnaie aussi vide, une fois les réjouissances terminées. Vous voyez à quoi je fais allusion ? A Noël pardi ! Les fêtes de fin d’année, ça commence maintenant. Et d’ailleurs cette semaine, on évoque le foie gras.

Pas de panique, il n’y a rien de plus facile que de réaliser son foie gras. De plus c’est bien meilleur, et plus économique. N’attendez plus,  à partir de la mi-septembre jusqu’à novembre, vous pouvez faire des affaires, le foie gras est moins cher.  Le poids idéal d’un foie gras cru, se situe entre 450 à 600 g pour le canard et de 500 à 700 g pour l’oie. La texture doit être souple mais ferme. La couleur peut varier du beige clair au rosé, mais elle doit être uniforme, sans tache ni hématome. Les foies gras sont classés en trois catégories commerciales : Extra, 1er choix ou Tout-venant (TV). Ce classement figure généralement sur l’emballage.

La qualité « Extra » ne comporte pas de défaut de couleur, son toucher  est souple et résistant. Son poids moyen tourne autour de 550 g. Ce type de foie sera parfait pour une cuisson en terrine ou au torchon.

La qualité « 1er choix » comporte une couleur plus rosée, et parfois tachée, le grain est sensiblement plus gros au toucher. Son poids varie entre 450 et 650 g. Il convient bien pour les foies qui seront poêlés.

La qualité « Tout-venant » s’applique aux foies qui sont exclus des catégories précédentes : ils s’utilisent pour la confection de bloc ou de pâté de foie.

La cuisine du foie gras commence par la préparation du foie lui-même.  Après avoir fait tremper votre foie au minimum 2 heures dans de l’eau fraîche, sortez-le, essuyez-le et posez-le sur sa partie bombée. Écartez les deux lobes délicatement. Si nécessaire, grattez légèrement la partie verte laissée par le contact du fiel. Deux veines, l’une sur l’autre, irriguent le gros lobe. Dégagez-les avec le manche d’une petite cuillère et retirez-les. Enlevez de la même manière, celle qui vascularise le petit lobe. Manipulez soigneusement votre foie mais ne craignez pas de l’abîmer. Vous pourrez le remodeler avec les doigts ou dans votre terrine, il se reformera sans difficulté à la cuisson. Salez ensuite généreusement, poivrez puis placez-le au frais pendant au moins 2 h.  Avant de le cuire, prenez soin de le frotter avec un linge sec pour enlever le surplus de sel ou de poivre. Il aura naturellement absorbé le sel dont il a besoin. Votre foie gras est prêt pour toutes sortes de compositions. Mais, nous nous allons le congeler : emballez les lobes individuellement dans un morceau de film étirable, puis dans une feuille d’aluminium ; étiquetez et congelez rapidement, au régime maximum du congélateur. Pour l’utilisation, sortir la quantité de lobes nécessaires la veille, les entreposer au réfrigérateur jusqu’au moment de la cuisson (entre 12 et 18 heures), les déballer et les rôtir dans un four très chaud selon la recette habituelle. Je vous déconseille de le congeler cuit, car il risque de développer une texture granuleuse qui n’est pas agréable.

Vous pouvez aussi le conserver de la manière la plus classique, c’est-à-dire en bocal. Rangé au réfrigérateur ou dans une cave, il se bonifie avec le temps.

Conserve de foie gras :

Foie gras-page9web

Préparation: 10min Macération : 3 H Cuisson: 30 min

Proportions pour 6 personnes

1 foie gras, sel, poivre, armagnac ou blanc moelleux, graisse d’oie ou de canard, un grand bocal.

Ordre de travail

1/Une fois déveiné, laissez reposer le foie au frais 3 h dans un bain d’armagnac ou dans un bain de vin blanc moelleux.

2/Disposez-le ensuite dans le bocal dans lequel vous ajoutez de la graisse d’oie ou de canard. Fermez-le et stérilisez-le une demi-heure à ébullition continue, sortez la verrine, séchez-la et mettez-la au frais.

Plus de recettes d’Angélique sur http://fleursdesel.com

Publié dans Actualités, le Voyage gourmand d'Angélique | Commentaires fermés

C’est bientôt Halloween préparez vos recettes avec Angélique, lisez la suite sur www.vivreleluberon.com

La courge, un légume aux mille et une vertus

fête de la courge rians

Qu’on les appelle potimarron, butternut, pâtissons, courge musquée, coloquinte, courge spaghetti, citrouille de Tourraine, ces cucurbitacées possèdent de nombreux atouts et sont désormais incontournables dès l’arrivée de l’automne.

« Ce week-end, j’ai fait un petit tour à la fête de la courge de Rians. Il y avait énormément de monde et des cucurbitacées de toutes les tailles. Tout était en XXL, même la soupe contenue dans un énorme chaudron. Un moment de convivialité incroyable autour d’un légume qui revient en force dans les habitudes alimentaires. On ne peut que s’en féliciter car courges, potirons, citrouilles, courgettes, coloquintes et autres calebasses sont des plantes qui, peuvent être utilisées à des fins alimentaires ou décoratives. A Rians, les promeneurs étaient unanimes, tout un chacun peut extérioriser son sens artistique sur les courges. Gravure sur potirons, peintures sur gourdes ou création d’objets ou de personnages des plus insolites ont donné des idées aux mamans pour la fête d’halloween. Mais avant d’être la star de la déco, les courges régalent nos papilles!

D’autant que pratiquement tous leurs composants sont comestibles et riches en éléments nutritifs ; ce qui ouvre la porte à une multitude de réalisations culinaires.  Des cookies aux graines de courges, jusqu’à la quiche au potiron en passant par la marmelade de citrouille et gingembre, sans oublier la délicieuse confiture de gigerine d’Elise qui me fait fondre de plaisir.

Question beauté c’est pas mal non plus. Jugez plutôt : le potiron a une action bénéfique sur la peau, en préservant sa jeunesse et sa douceur. L’huile de graines de courge, en particulier, qui en plus de soulager toutes les affections de l’épiderme : gerçures, dartres, psoriasis, coups de soleil, brûlures… rend la peau plus douce et l’aide à lutter contre les effets du vieillissement.

Stop !  Ne partez pas ventre à terre, en vue de dévaliser le producteur du coin, avant d’avoir lu ce dernier paragraphe qui explique comment conserver les cucurbitacées.

C’est lorsqu’elles sont récoltées en vue de la conservation hivernale que les courges manifestent tout leur potentiel gustatif. La durée de conservation dépend de la variété et du mode de culture, et n’a aucun lien avec la taille ou la dureté de l’écorce par exemple. Les pâtissons récoltés à maturité peu- vent se conserver plusieurs mois, mais ils n’ont alors qu’un rôle décoratif. Les courges d’hiver se conservent de quelques mois à plus de 1 an, jusqu’à 2 ans pour la courge de Siam. Évitez de mettre les fruits en contact entre eux. Disposez-les à plat sur des clayettes, ou des étagères, dans un local aéré et recevant la lumière du jour, à une température comprise entre 15 et 20°. Oubliez la cave et faites leur une place dans la maison. Une dernière chose, consommez local : la courge musquée de Provence se conserve très bien, même après avoir été entamée. »

 

Quiche au potiron

quiche au potiron (2)

Préparation : 25 minutes • Cuisson : 40 minutes

Ingrédients pour 4 personnes : Pour la pâte brisée  250 g de farine  125 g de beurre  1 œuf 1 pincée de sel  5 cl d’eau. Pour la quiche  150 g de gruyère râpé  400 g de citrouille (potiron, courge) 12 cl de crème fraîche  12 cl de lait   3 œufs  1/2 cuillère à café de muscade râpée  Sel, poivre du moulin

On commence par la pâte

1/Mélangez le sel à la farine, puis disposez- la en fontaine sur votre plan de travail.  Coupez le beurre en petits morceaux et mélangez-le à la farine du bout des doigts. Battez l’œuf à la fourchette avec l’eau. Versez l’œuf battu sur la farine et mélangez. Faites une boule de la pâte et laissez-la reposer au frais une heure au moins.

Préparation de la quiche

1/Pelez et râpez la citrouille comme vous le feriez avec des carottes.

2/ Battez les œufs avec la crème et le lait, puis assaisonnez.

3/Préchauffez le four à 150° (thermostat 3-4).

4/Étalez la pâte brisée, posez-la dans le moule et piquez le fond avec une fourchette.

5/ Mettez la citrouille râpée dans le fond, versez le mélange lait, crème, œufs. Saupoudrez de gruyère.

6/Enfournez pour 40 minutes.

 

Biscuits au potiron et à la crème de noisette pour offrir à halloween

biscuit au potiron et à la crème de noisette (2)

Temps de préparation : 10 minutes Temps de cuisson : 10 min

Ingrédients : 450 gr de sucre roux,  500 gr de potiron cuit mouliné et égoutté, 180gr de beurre, 2 gros œufs,  1 c. à café de levure chimique,  385gr de farine, 1 cuil à café de bicarbonate de soude, 1 ½ c. à café de cannelle, 190ml de lait concentré non sucré, 1 c. à café d’essence de vanille, 1/2 c.  à café de muscade moulue.

Glaçage au sucre à la crème : 480 de sucre glace, 150gr beurre, 60ml +  2 c. à soupe lait non sucré, 2 cuillères à café d’extrait de vanille, noisettes finement hachées.

Préparation

1/Préchauffez le four à 180 °C. Graissez légèrement les plaques à biscuits et réservez.

2/Dans le bol du robot, mélangez le sucre et le beurre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajoutez  les œufs puis après avoir réduit la vitesse, le potiron, le lait concentré  et la vanille.

3/Dans un saladier mélangez la farine, la levure, le bicarbonate, la cannelle, la muscade et le sel. Incorporez dans le mélange précédent, mélangez jusqu’à obtenir une pâte homogène.

4/Déposez la pâte sur les plaques à biscuits  recouvertes de papier sulfurisé, soit avec une cuillère soit à l’aide d’une poche munie d’une douille de 1,5 cm de diamètre. Formez des cercles de pâte de 4 cm de diamètre en les espaçant de 3 cm d’intervalle.

5/Enfournez environ 10 à 12 minutes, jusqu’à ce que les galettes soient cuites. Laisser refroidir complètement.

6/Préparez le glaçage au sucre à la crème : mettez le sucre dans un saladier. Faites fondre le beurre dans une casserole à feu moyen. Au bout de 3 minutes, alors qu’il a pris une jolie couleur dorée, versez-le sur le sucre, ajoutez le lait et l’extrait de vanille.

7/Etalez une cuillère à café de glaçage sur chaque biscuit. Si le glaçage devient trop dur, ajoutez un peu de lait concentré. Parsemez de noisettes hachées. Laissez sécher complètement avant de ranger dans une boite.

Plus de recettes d’Angélique sur http://fleursdesel.com

Publié dans Actualités, le Voyage gourmand d'Angélique, Non classé | Commentaires fermés

Le voyage gourmand d’Angélique se pose cette semaine sur la « ruche qui dit oui » plus de détails sur www.vivreleluberon.com

« ça bourdonne, le jeudi soir, sur le domaine du Colvert… ! »

Les producteurs la ruches qui dit oui OT1

Je suis allée jeudi dernier, caméra au point au domaine du Colvert, route de la bonde à Pertuis  pour découvrir un nouveau concept de vente directe : «  la Ruche qui dit oui ». Je devais faire un reportage vidéo, mais il y avait une telle convivialité et un tel entrain que les rires et les discussions des producteurs et des clients ont couvert littéralement les interviews  filmées. Résultat, j’en suis quitte pour refaire un nouveau reportage. Mais c’est loin d’être une corvée, car l’ambiance est tellement sympathique que c’est un réel plaisir de s’y rendre.

Mais peut-être faudrait-il que je vous explique c’est qu’est réellement une ruche ? Vous savez déjà  qu’il y règne un bruit de fond et une joyeuse ambiance, mais ce n’est pas tout.  « La ruche c’est vraiment un concept qui a de l’avenir, lance Coralie, une cliente qui sort avec une caissette remplie de produits frais. « On commande nos produits sur internet auprès de producteurs locaux et on vient les chercher. Pour moi c’est important de savoir ce que je mets dans mon assiette, et là je suis complètement rassurée ».

« Légumes, fruits, viandes, fromages, pain, miel, vin  et confiture… on trouve vraiment de tout dans notre ruche », détaille Virginie, la responsable de la Ruche de Pertuis. Manger sain, local et équitable n’est plus le privilège de quelques-uns. « Nos producteurs travaillent soit en bio, soit en agriculture raisonnée, et proposent  leurs produits à des prix raisonnables, poursuit la jeune femme.  De  plus ils sont présents lorsque les clients viennent récupérer leur commande, ça permet des échanges directs et chaleureux entre consommateurs et producteurs ».

Une façon de consommer plus humaine que d’aller remplir un chariot dans un hypermarché.

Pour les agriculteurs et les artisans membres du réseau, c’est un canal qui leur assure  des débouchés supplémentaires. Ils sont adeptes pour la plupart des circuits-courts et unanimement passionnés par leur métier. « Je suis une ancienne restauratrice, vous pensez-bien que pour moi la qualité du produit c’est ce qui compte avant tout. J’aime travailler les légumes de saison et en sortir le meilleur », déclare Corinne, maraichère bio à la Tour d’Aigues.  On retrouve la même exigence chez Benjamin qui vient depuis Saint-Martin-les-Eaux proposer ses légumes : « j’apprécie particulièrement le lien direct avec les clients. Ils voient bien qu’il n’y a aucune tromperie sur la marchandise ! » « Nous développons, chacun à notre façon une activité artisanale, à l’ancienne, qui  attire de plus en plus le consommateur », poursuit la responsable de la boucherie bio le « pâturage. » Ce n’est pas l’hôte de la ruche qui les détromperait : Jérôme Barnéoud est un vigneron qui possède un véritable amour pour son métier, et ses vins lui rendent bien. Fruité, délicat, son rosé « les joyeux Lurons », cuvée qui rend hommage à deux de ses amis, est un véritable nectar.

On ne fait pas que du miel dans une ruche, dans celle-ci, on cultive l’amour du travail bien fait et le plaisir de la rencontre et de l’échange. Une ruche pareille, c’est sûr moi je dis Oui !

 En pratique :C’est quoi la Ruche qui dit oui ?

C’est un réseau national, qui, via une plateforme web, met en relation producteurs locaux et consommateurs qui souhaitent « manger mieux, manger juste. » Il existe plus de 500 ruches en France (1 200producteurs partenaires). Celle de Pertuis fonctionne depuis début septembre.

Les clients se connectent sur le site internet de la ruche locale et commandent les produits de saison vendus par les producteurs du coin. L’inscription est gratuite et sans engagement. Puis, ils viennent récupérer leurs commande au domaine du Colvert le jeudi soir de 18 h 30 à 20 h.

Pour plus de renseignement contactez Virginie au 0646061516 ou connectez-vous sur http://www.laruchequiditoui.fr/3128

Et maintenant la recette.

Comme nous sommes dans une ruche je vous propose la recette des

Baklava

Baklava-Page 24 (2)

  • 500gr de pâte de filo • 250 gr de beurre • 200gr d’amandes • 150 gr de noix • 50gr de sucre • 1 cà café de cannelle en poudre. Pour le sirop • 3 tasses à thé d’eau • 3 tasses à thé de sucre • 1 tasse à thé de miel • 1/2 CC de cannelle • 1/2 CC de girofle en poudre • 1 jus de citron

• Hachez grossièrement les amandes et les noix, incorporez le sucre et la cannelle. • Faites fondre le beurre. Beurrez un plateau en inox et disposez dessus 7 feuilles de filo superposées et beurrées. Etalez dessus la moitié du mélange d’amandes et de noix, puis superposez 4 feuilles beurrées. Etalez le reste du mélange en terminant par 7 feuilles beurrées. • A l’aide de la pointe d’un couteau, entaillez la surface de la pâte avec des lignes horizontales puis des lignes diagonales, de manière à avoir des losanges. • Faites cuire 30 minutes à 180 degrés, puis baisser à 150 degrés et poursuivre la cuisson pendant encore 30 à 45 minutes, jusqu’à ce que la baklava soit dorée et croustillante. • Pendant ce temps, préparez le sirop. Mettez dans une casserole les ingrédients, sauf le citron. Portez à ébullition, laissez bouillir environ 10 minutes, puis ajouter 1 C à soupe de jus de citron. Une fois la baklava refroidie, nappez-la de sirop bien chaud. Laissez reposer pendant 3 heures minimum. • Découpez les parts de baklava (sans les démouler). Arrosez avec le sirop puis laissez refroidir au moins 2 heures avant de servir. C’est un dessert qui se prépare bien un ou 2 jours à l’avance, il n’en sera que meilleur.

Retrouvez les recettes d’Angélique sur http://fleursdesel.com/

 

Publié dans Actualités, le Voyage gourmand d'Angélique | Commentaires fermés

Samedi 25 octobre, Soirée d’Inauguration du Gymnase Verdun à Pertuis, plus d’informations sur www.vivreleluberon.com

Samedi 25 octobre,

Soirée d’Inauguration du Gymnase Verdun

Animations sportives durant toute la journée, visite découverte du Gymnase et Soirée festive avec repas et soirée dansante … Renseignements et réservations à L’Office de Tourisme 04 90 79 15 56

inauguration gymnase verdun

Publié dans Actualités | Commentaires fermés

AVF vous donne rendez-vous Jeudi 23 octobre à la Maison du Temps Libre de 18h30 à 20h30, plus d’informations sur www.vivreleluberon.com

NOUVEAUX ARRIVANTS dans la région,  les bénévoles de  l’AVF Pertuis et Sud Luberon vous attendent nombreux à notre rencontre mensuelle le jeudi 23 octobre 2013 à la « Maison du Temps Libre » de 18h30 à 20h30. Ces soirées sont des moments d’échange convivial autour de quelques gourmandises. Elles sont également l’occasion de faire connaissance avec notre association et de découvrir les différentes animations qui vous sont proposées pour vous aider à vous intégrer dans votre nouvel environnement.

Notre bulletin d’activités du dernier trimestre 2014 est en ligne sur notre site, n’hésitez pas à le consulter http://avf.asso.fr/fr/pertuis
L’équipe des Bénévoles

Publié dans Actualités, Nouveaux arrivants | Commentaires fermés

Halloween à Pertuis ….. Même pas peur ! Vendredi 31 octobre à 16h rendez-vous devant le Donjon, Place Mirabeau pour venir sauver la Princesse de Pertuis ! Sur inscription obligatoire à l’Office de Tourisme de Pertuis 04 90 79 15 56

Découverte animée de la ville suivi d’un goûter offert par la municipalité à la fin de l’animation, Espace Georges Jouvin. Pour les enfants de 6 à 12 ans, accompagnés de leurs parents. Sur inscription obligatoire à l’Office de Tourisme de Pertuis 04 90 79 15 56

 

Publié dans Actualités, Halloween | Commentaires fermés

3 Jours de Fête …pour un marathon à Pertuis, lisez la suite sur www.vivreleluberon.com

Du 3 au 5 octobre à Pertuis, à l’occasion

du 18° Marathon Provence Luberon !

web affiche marathon

Publié dans Actualités, Marathon du Luberon | Commentaires fermés

La noix sort de sa coquille ! découvrez les recettes d’Angélique pour cette semaine sur www.vivreleluberon.com

Noix office de tourisme (2)« Si vous ne consommez des noix qu’à Noël, laissez-vous tenter par les noix fraîches qui débarquent sur les étals. Dépêchez-vous car la saison est très courte et se concentre de mi-septembre à mi-octobre.

En matière de nuciculture la France se hisse dans le peloton de tête des pays producteurs.

Nous sommes le deuxième producteur européen, après la Roumanie. Notre production s’élève à 36 000 tonnes de noix par an, issue notamment de deux AOC:

– la noix de Grenoble, originaire des départements de l’Isère, de la Drôme et de la Savoie ;

– la noix du Périgord des départements de la Dordogne, du Lot, de la Corrèze et de la Charente. »

Un peu d’histoire

C’est au crétacé que l’on trouve les premières traces du noyer. Au début de notre ère, ils abondaient en Hindoustan et en Perse puis plus tard en Asie Mineure (Palestine, Egypte). De là, ils se sont propagés et ont été cultivés dès les premiers âges dans les plaines et aux flans des collines qui bordent le bassin méditerranéen, en Crète, en Grèce, en Italie, et enfin dans le sud de la France et en Espagne. La noix était alors prisée pour le goût de son fruit, son huile, ses vertus médicinales, mais aussi pour son utilisation ludique. La noix est l’ancêtre de la bille. Et ce qui est vraiment incroyable, c’est qu’aujourd’hui dans les cours de récré, les gamins ne jouent aux billes que de septembre à noël, justement à l’époque de la récolte des noix.

Santé

Les hommes de l’antiquité le savaient déjà : les noix sont excellentes pour la santé. Omega 3 , fibres, vitamines, zinc, autant de minéraux et de  vitamines qui font  d’elles un complément alimentaire de premier choix. Elles préviennent les maladies cardio-vasculaires, retardent les effets du vieillissement ainsi que les processus de cancérogenèse et réduisent les inflammations. Elles sont l’un des éléments essentiels du fameux régime crétois qui a fait ses preuves. Pourtant en France, nous ne consommons en moyenne qu’une noix par semaine et par personne.

Bien les choisir

Préférez des noix lourdes et pleines, aux écales intactes sans fente ni trou. Posez la noix que vous avez choisie contre votre oreille et secouez, si vous entendez l’amande qui gigote choisissez-en une autre !
Bien la conserver
La noix fraîche est aussi fragile qu’un produit primeur. Elle devra donc être placée dans le bac à légumes du réfrigérateur avant d’être consommée très rapidement.
Par contre évitez à tout prix de placer la noix sèche dans le réfrigérateur, vous lui ôteriez tout son goût.

 

Pour les consommer

Si elles sont fraîches, retirez la peau qui apporte de l’amertume et glissez les dans une salade de fruits avec des  poires, des pommes et des figues relevées d’un vin liquoreux.

Mais la noix fait aussi merveille dans des préparations salées, ainsi vous pouvez mélanger des cerneaux de noix concassés à du beurre ramolli et ajouter ce beurre manié au dernier moment, à une sauce de viande. Il liera la sauce et apportera une saveur délicate et se mariera admirablement avec la viande et notamment avec le gibier.
Autre possibilité pour octroyer plus de saveur à une viande panée ou à des galettes de légumes, ajoutez à la chapelure des petits morceaux de noix concassées. Vous obtiendrez un craquant très agréables et une saveur qui relèvera votre panure habituelle.

 

Les recettes

Salade périgourdine géante

salade périgourdine OT Pertuis (2)

Cette salade peut être plus ou moins géante, en fait…C’est à vous de voir, soit vous la présentez en entrée, et vous réduisez les différents ingrédients qui la composent, soit vous la proposez en plat unique et vous vous laissez aller à votre gourmandise et à votre imagination.

Pour 6 personnes Préparation : 20 minutes

3 gésiers confits

1 magret fumé

1 foie gras de 400 g mi-cuit

6 cerneaux de noix par personne

3 tomates

2 poches de mesclun de salades (mâche, roquette, cœur de laitue, batavia, frisée…)

Herbes aromatiques de votre choix (ciboulette, estragon, persil…)

Vinaigre balsamique

Huile de noix

Sel et poivre

Variante plus copieuse :

3 ou 4 châtaignes par personne

Un cabécou sur toast par personne

Un cou d’oie farci soit 2 tranches chacun

3 saucisses de canard en tranches … Et ce qu’il vous plaira d’ajouter ! (comme des dés de betteraves rouges, des haricots verts frais et croquants, des radis, des croûtons aillés…)

Ordre de travail

1/Préparez les gésiers confits (en conserve), en enlevant les parties « élastiques » et en les coupant en deux. Faites-les revenir doucement dans une poêle sans aucun ajout de graisse. Retirez-les et posez-les sur du papier absorbant pour ôter le gras. Découpez-les en lamelles et maintenez-les au chaud pour les glisser tièdes dans l’assiette.

2/Préparez un lit de salade dans une assiette, disposez les ingrédients en composant un tableau délicat et appétissant, dans l’ordre que vous souhaitez et selon les saisons.

3/Saupoudrez les herbes aromatiques sur l’assiette au dernier moment, et versez l’assaisonnement. Selon la saison, un vin rouge ou un vin rosé peuvent accompagner cette salade sur mesure

 

Compote meringuée aux amandes et aux noix

compote de pomme meringuée aux amandes et aux noix OT pertuis (2)

Voici un petit dessert de saison rapide, délicieux et joli que l’on peut préparez avec les enfants le mercredi après-midi, lorsqu’il pleut.

Préparation: 30 minutes Cuisson: 30 minutes

Proportions pour 4 personnes

4 pommes Pink Lady

50 g de sucre roux

1 citron

3 blancs d’œufs

20 g de sucre glace

1 cuillère à soupe de calvados (facultatif)

6 palets bretons

1 sachet de sucre vanillé

50 g de cerneaux de noix

50 g d’amandes entières

sel

Ordre de travail

1/Épluchez et épépinez les pommes. Coupez-les en dés et mettez-les dans une casserole, avec le sucre roux et le demi citron et faites revenir pendant 15 minutes. Ajoutez le sucre vanillé et le calvados, laissez cuire à couvert à feu doux jusqu’à ce que vous puissiez écraser facilement la compote. Réservez.

2/Écrasez et mélangez les cerneaux de noix, les amandes et les palets bretons.

3/Montez les blancs en neige bien serrés avec une pincée de sel. Tout en continuant à fouetter, incorporer délicatement le sucre glace.

4/Dans 4 coupes individuelles, répartissez la compote préparée. Versez dessus le mélange de fruits secs et de palets bretons. À l’aide d’une poche à douille, déposez sur chaque coupe une petite quantité de blancs d’œufs. Faites légèrement dorer la meringue avec un chalumeau de cuisine ou à défaut en passant au four pendant 10 minutes.

N’hésitez pas à découvrir http://www.fleursdesel.com

Publié dans Actualités, le Voyage gourmand d'Angélique | Commentaires fermés

Cette semaine le voyage d’Angélique vous propose La Pomme de Terre de Pertuis sur www.vivreleluberon.com

Cette semaine, Angélique vous propose un voyage autour de la Pomme de Terre de Pertuis !

fete de la pomme de terre de pertuis

« Samedi, Pertuis avait la patate ! Pas une place de la ville, qui n’invitait à la dégustation de la pomme de terre de Pertuis. Place Jean Jaurès, l’ambiance était bonne enfant, entre le concours d’épluchage, la pesée de banastes, l’apéro et les démonstrations de cuisine en live, les promeneurs étaient séduits par une convivialité contagieuse. Ce qui entre nous n’est pas étonnant, les Français craquent devant la douceur et les rondeurs appétissantes de cette péruvienne. Et ils ont ra

OT fête de la pomme de terre 4 (2)ison : la patate, c’est la santé ! Riche en glucides et en vitamines, pauvre en calories (à condition qu’elle ne soit pas frite), c’est l’avenir de l’alimentaire ! Résistante au chaud, au froid, au sec comme à l’humide, elle ne craint que le mildiou… « et le taupin, un petit insecte qui fait des ravages dans la production »,  nous apprend Jean Gabert. On peut lui faire confiance, la pomme de terre, il connaît… Dans sa famille, on la cultive de père en fils depuis le 19ème siècle. Sa passion pour le bon vieux tubercule de la famille des solanacées (comme la tomate ou le tabac) a été à l’origine du dépôt de la marque « pomme de terre de Pertuis » en  2008.

De variété Mona-Lisa, la pomme de terre de Pertuis est bien loin de son aïeule rustique, farineuse et roborative cultivée à l’origine dans le Pays d’Aigues. Si pour la tomate, on redécouvre les variétés anciennes, la pomme de terre se prête à une étonnante création variétale. Actuellement, il n’y a que la ratte et la vitelotte qui puissent faire valoir leur grand âge. La plupart des variétés comptent entre 200 et 50 ans. La Mona Lisa a été créée dans les années 1980 et s’est imposée comme une valeur sûre depuis trente ans. D’excellente qualité, elle se prête à quasiment tous les usages, mais sa chair tendre et sa bonne tenue à la cuisson, la prédisposent à la préparation de plats mijotés, au four, en gratins. Elle s’imprègne à merveille des saveurs des ingrédients avec lesquels on la marie.

Je vous propose aujourd’hui deux recettes, la première est celle proposée samedi par Julien Cordebar, second de cuisine au restaurant l’Olivier à Pertuis.  Il s’agit du Rösti de pommes de terre. Sitôt arrivée à la maison, je l’ai testée. Non seulement c’est très rapide à réaliser mais en plus c’est délicieux. Je vous le recommande. »

 Rösti de pommes de terre Proportions pour 4 personnes

Rosti de pommes de terre (2)

700 gr de pommes de terre de Pertuis
200 gr d’oignons blancs (1 gros ou 2 petits)
Huile de tournesol
100 gr de beurre coupé en morceaux
Sel, poivre

Ordre de travail
1/Epluchez et émincez finement l’oignon.
2/Epluchez et râpez les pommes de terre.
3/Mélangez les pommes de terre et l’oignon. Salez, poivrez.
4/Dans une poêle, faites chauffer l’huile et le beurre. Formez de petites galettes dans la poêle, laissez-les dorer sur les deux côtés.
5/Terminez la cuisson au four.

Voici la deuxième recette, que j’ai un peu revue et corrigée. Il s’agit d’un classique : les pommes de terre sarladaises. Elles se font habituellement à la poêle, d’ailleurs je les ai toujours préparées ainsi jusqu’au jour où je suis tombée en panne de gaz un dimanche. Il a bien fallu que je trouve une parade. Je les ai mises au four. Au goût pas de différence, par contre côté organisation c’est le top, vous pouvez confectionner votre petit gâteau dominical, pendant qu’elles  dorent et s’imprègnent délicatement des saveurs de la graisse de canard. Ce mode de cuisson était adopté. Que les puristes me pardonnent.

Pommes de terre à la sarladaise Proportions pour 4 personnes
pommes de terre à la sarladaise (2)

1 kg de pommes de terre
4 c. à s. de graisse de canard
3 gousses d’ail
4 c. à s. de persil ciselé
Sel et poivre du moulin

1/Préchauffez le four à 180° C (th. 6).
2/Pendant qu’il chauffe, épluchez les pommes de terre et coupez-les en rondelles assez épaisses. Réservez. Epluchez l’ail et réduisez-le en purée.
3/ Faites fondre la graisse de canard. Enrobez les rondelles de pommes de terre avec la graisse liquide et l’ail. Placez dans un plat à four en métal et enfournez pour 40 min, en remuant une fois ou deux.
4/Un peu avant de la fin de cuisson ajoutez le persil, mélangez et poursuivez la cuisson. Salez, poivrez. Disposez dans un plat de service et servez avec un gigot d’agneau ou un confit de canard.

Retrouvez toutes les astuces d’Angélique sur  http://www.fleursdesel.com/

Publié dans Actualités, Agriculture & Terroir, le Voyage gourmand d'Angélique | Commentaires fermés