#Pertuis Inauguration de l’Atelier de Lutherie de Martine Aguila à Pertuis plus de détails sur www.vivreleluberon.com

Nouvel Atelier de Lutherie à PERTUIS
Invitation le Samedi 31 janvier de 11h à 15h
89, rue Antonin Bonnaud
09 82 55 40 11

http://www.martineaguila-luthiere.com/atelier.php

Publié dans Actualités | Commentaires fermés

La recette du Gratin Dauphinois dans le Voyage Gourmand d’Angélique, à découvrir sur www.vivreleluberon.com

Règlement de compte à couteaux tirés…
Il paraît que la France est en guerre ! Une guerre à couteaux tirés avec un de ses plus proches voisins. Un des affrontements qui opposera les belligérants se déroulera quasiment à nos portes, à Milan pour être précise. Et vous pourrez même jouer les spectateurs. Puisque c’est à l’occasion de l’Exposition universelle de 2015, qui a pour thème « Nourrir la planète, énergie pour la vie » que  Français et Italiens se livreront une lutte acharnée avec comme seules armes le bon goût, le terroir et le savoir-faire. Enfin pas tout à fait parce que derrière, cette image glamour de meilleure cuisine du monde se cachent des industriels de l’agroalimentaire et certains gros producteurs agricoles qui veulent conquérir des marchés internationaux.

Dans ce mano à mano, la cuisine française n’a pas vraiment la côté alors  que sa cousine italienne séduit le monde entier. Côté popularité, la bataille est perdue d’avance : dans le plus petit coin de la planète vous trouverez à coup sûr une pizzeria ou une  trattoria traditionnelle ou à la sauce locale. Par contre, allez dénicher un resto français à Ballarat en Australie qui vous serve un veau Marengo ou des pieds paquets. Il faut se rendre à l’évidence la cuisine française n’a jamais été “populaire”. Elle est reconnue de tous, en matière de goût, de finesse et de luxe. Si  les étrangers considèrent notre cuisine comme délicieuse mais un tantinet élitiste,  comment la considèrent les Français ? C’est la question que nous devrions tous nous poser, car la France est tout de même le deuxième marché au monde de McDonald’s !

Selon moi tout cela est une question d’intoxication… des esprits. Je parie une  bonne côte de bœuf à la braise que certains Français défendront jusqu’à l’absurde la gastronomie française, alors qu’ils achètent des pizzas surgelées, n’ont jamais goûté à la délicatesse d’un gigot de sept heures et ne sont même pas capables de concocter une soupe de légumes.

Pas question pour moi d’entrer dans une quelconque chapelle. Pourtant, je connais mes classiques, mes enfants raffolent de ma blanquette et se damneraient pour des bouchées à la reine. Pourtant, je ne fais pas de ségrégation dans ma cuisine et je peux préparer mes boulettes de viande aussi bien à la provençale, à l’italienne avec le délicieux polpettone, ou à l’orientale avec des épices et de la coriandre.

Dans une guerre, les principales victimes ne sont pas ceux qui décrètent les batailles mais ceux qui la livrent. Aussi un conseil : plutôt que de défendre bec et ongle une idée de notre suprématie culinaire, en mangeant de la ratatouille en boîte, passez derrière les fourneaux.

C’est génial, et je vous assure que vous allez y prendre goût. Et lorsque vous aurez attrapé le virus, vous découvrirez que la cuisine d’où qu’elle vienne c’est le kif ! Vous en conclurez penaud que malgré ce que les communicants nous assènent, il n’existe aucune place d’honneur. A part peut-être,  pour les plats de notre enfance, ceux que nous mijotaient nos mères et nos grand-mères et qui auront toujours la place numéro un dans notre cœur.

Pour continuer sur ce thème, le plat préféré des Provençaux, selon un sondage de la SOFRES, serait le gratin dauphinois. Je vous dévoile la recette, la vraie. Un délice avec trois fois rien.

Angélique

Le gratin dauphinois

gratin-dauphinois

Proportions pour 4 personnes

600 g de pommes de terre à chair ferme.
250 g de lait entier
25 cl de crème liquide entière
10 g de beurre
2 grosses gousses d’ail
Noix de muscade râpée
Sel et poivre.

Ordre de travail

1/Préchauffez le four à 180°.

2/Épluchez les pommes de terre, lavez-les, et coupez-les en tranches fines. Une fois coupées, ne plus les passer sous l’eau, l’amidon s’éliminerait et le gratin risquerait de manquer de liaison.

3/Faites bouillir le lait avec la crème, salez, poivrez, râpez un peu de noix de muscade. Ajoutez, les gousses d’ail passées au presse-ail.

3/Disposez les pommes de terre dans le liquide bouillant.

4/Laissez mijoter une dizaine de minutes à feu doux. Attention, la préparation à tendance à attacher. Les pommes de terre vont alors se recouvrir d’une crème onctueuse.

5/ A ce moment-là, goutez et rectifiez l’assaisonnement. Beurrez bien votre plat. Placez les pommes de terre dedans, en veillant à ce qu’elles soient bien recouvertes de crème, disposez le reste du beurre en petites parcelles sur le dessus du gratin et enfournez pour environ une heure.

Le service

Vous pouvez, à l’occasion d’un repas plus raffiné préparer ce gratin dans des plats individuels.

Plus de recettes d’Angélique  sur http://fleursdesel.com/

 

Publié dans Actualités, le Voyage gourmand d'Angélique | Commentaires fermés

Je mange des yeux, donc je suis ? découvrez le nouvel article d’Angélique sur www.vivreleluberon.com

Je mange des yeux, donc je suis ?

Et si on parlait un peu de psychanalyse ? Il faut dire que pendant la trêve des confiseurs ( je précise pour les plus jeunes qu’il s’agit de la période entre Noël et jour de l’an) j’ai englouti les 43 épisodes de la saison 1 de la série « en analyse ». Un pur délice qui m’a conduit à relire un bouquin de Irving Yalom : « La Méthode Schopenhauer ». Je ressors toujours rassérénée de ce genre de lecture. Je me souviens de la joie intense et de l’enthousiasme que j’avais éprouvé après avoir lu « Et Nietzsche a pleuré » du même auteur. Une révélation ! Pendant de nombreuses années, j’ai offert ce bouquin à des personnes qui étaient dans le désarroi, et il n’y en a pas une, sur qui les mots magiques du Docteur Yalom n’aient pas agi.
C’est donc dans cet état d’esprit que j’ai commencé à m’interroger sur la cuisine, et le rapport que nous entretenons avec la nourriture. Au moment même où vous lisez ces lignes, des dizaines d’internautes postent sur Instagram, facebook, twitter, un blog ou un site la photo d’un plat. Gâteaux, glace, légumes, viandes… Internet nous invite à un gargantuesque buffet dionysiaque. Une orgie pour les pupilles. Certains psys, dont Valerie Taylor, chef du service de psychiatrie au Women’s College Hospital à l’université de Toronto, parlent de psychose contemporaine du culte culinaire. Certains de ses patients ne penseraient qu’à envoyer des photos de nourriture, d’où son inquiétude : « On prend des photos de ce qui est important pour nous et pour certaines personnes la nourriture devient centrale et tout le reste — le lieu, les personnes, etc. — ne fait plus que partie du décor ». Bref, les photos culinaires engendreraient une boulimie collective. Hé du calme, relativisons ! Faire de la photo c’est pas facile, mais de la photo culinaire c’est encore plus compliqué. Essayez de rendre sexy un ragout de mouton, vous m’en direz des nouvelles. En réalité les jolis plats que vous voyez sur la toile ou dans les magazines ont été embellis pour la plupart. Pas évident d’engloutir un poulet que vous avez peinturluré pour lui donner un croustillant parfait que vous n’obtiendrez jamais avec un four. En fait, plus que de boulimie, il s’agirait davantage de mettre en scène la « bouffe » comme un objet d’art. Et ça c’est pas nouveau Arcimboldo s’y est collé bien avant nous !
Par contre ce qui est beaucoup plus préoccupant, ce sont les nouvelles tendances de tatouages, il paraît que les jeunes se feraient tatouer « McDonalds je t’aime » en lieu et place du classique « Maman je t’aime ». Alors là je dis non ! Et pour revenir aux fondamentaux, je propose une recette de burger. Allez les filles, on ne va pas se laisser détrôner par un clown dans le cœur de nos enfants ! Angélique

Hamburger fait à la maison

burger oignon

4 buns
2 oignons jaunes
500 gr de viande hachée
De gros cornichons à l’aigre-doux ou
4 Cuillères à soupe de « swett Relish » de chez Heinz. Il s’agit d’une sauce à base de cornichons
4 CS de ketchup
4 CS de mayonnaise
Quelques feuilles de salade
Du cheddar
Sel, poivre du moulin
Huile d’olive

Ordre de travail
1/Epluchez et émincez les oignons. Mettez-les dans une poêle avec de l’huile d’olive, salez. Faites revenir pendant 30 minutes à feu doux en remuant de temps en temps. Les oignons vont prendre une jolie couleur caramel.
2/Coupez les cornichons en très petits morceaux. Mélangez-les à la mayonnaise et au ketchup.
3/Préchauffez le four à 130°.
4/Formez les steaks avec la viande hachée, salez, poivrez. Mettez les buns dans le four à 130°, pour les réchauffer. Pendant ce temps, installez les steaks dans une poêle. Faites-les cuire sur une face, retournez et ajoutez le fromage pour qu’il fonde.
5/Retirez les pains du four badigeonnez de sauce, déposez les oignons sur la partie supérieure du pain, de la salade sur la partie inférieure. Installez la viande avec le fromage fondue sur la salade, recouvrez avec la partie supérieure du pain.

Plus de recettes d’Angélique sur http://fleursdesel.com/

Publié dans Actualités, le Voyage gourmand d'Angélique | Commentaires fermés

De la truffe au Menu au Domaine Les Perpetus de la Tour d’Aigues, plus d’informations sur www.vivreleluberon.com

Repas truffe

pepetus web

 L’hiver réserve bien des surprises aux épicuriens ! Le Domaine Les Perpetus vous invite à venir découvrir son terroir et ses merveilles cachées : les truffes du Luberon. Au cours d’une après-midi, vous pourrez visiter le domaine puis vous initier au cavage aux côtés de la famille Michel-Queirel et de leur chien truffier. Les truffes fraichement débusquées vous seront présentées lors d’une animation grâce à laquelle vous saurez tout de ce produit rare et convoité. Les truffes ramassées devant vous seront disponibles à la vente.perpetus web 2

Nous vous invitons ensuite à déguster les vins du domaine, d’appellation AOP Luberon, ainsi que l’huile d’olive si caractéristique des Perpetus : l’huile d’Aglandau. Puis, c’est le chef Edith Malric qui cuisinera pour vous un repas entièrement autour de la truffe, avec des produits locaux et de saison, agrémentés des truffes des Perpetus bien sûr.

Au menu :

Velouté de topinambour et truffe

Saint Jacques contisées à la truffe et petit mesclun

Suprême de pintade farci et sa sauce truffée, rizotto de petit épeautre de Cucuron

Poire pochée au vin rouge du domaine Les Perpetus et financier au beurre noisette

Le repas sera accompagné des vins du domaine.

 Bon appétit !

 Nous accueillons entre 10 et 20 personnes par repas, à partir de 16H.

Ces animations auront lieux sur réservation les :

Samedi 24 janvier

Samedi 7 Février

Samedi 21 Février

Samedi 7 Mars

Des dates supplémentaires pourront être convenues pour les groupes de 10 personnes minimum.

Tarif : 100€/pers.

 Le nombre de place étant limité à 20 personnes nous vous demandons de vous inscrire au préalable en nous contactant par mail domainelesperpetus@gmail.com ou par téléphone au 04 90 08 85 23.

http://www.domainelesperpetus.com/

84240 La Tour-d’Aigues

Tél; : 04 90 08 85 23

Idée week-end autour de la truffe : plus d’informations sur http://www.tourismepertuis.fr/week+end+truffe+en+luberon-165.html

perpetus web 3

Publié dans Actualités, Agriculture & Terroir, oenotourisme en luberon, truffe en luberon | Commentaires fermés

« Pertuis en Héritage », première édition sur le thème du Patrimoine Pertuisien, à découvrir sur www.vivreleluberon.com

bandeau image journal du patrimoine

 Voilà le premier numéro de « Pertuis en Héritage ».

Il paraîtra trimestriellement pour «raconter Pertuis» : Pertuis d’hier, d’aujourd’hui, et de demain.

Le patrimoine doit vivre et il n’y a pas plus vivante qu’une ville qui évolue et se transforme en conservant ses racines. C’est la fête de « la Belle Estelle » évoquée par Jean-Jacques DIAS qui est

l’évènement phare de ce début d’année ; un retour dans les traditions pertuisiennes des siècles passés remises au goût du jour.

Michel FRAISSET nous livre, son amour de la ville pour laquelle il a oeuvré, qui l’a vu grandir.

Jacques BARONE évoque avec passion la renaissance du couvent des Carmes et Isabelle WANGLER nous parle du centenaire de la Grande Guerre avec l’exposition remarquable faite par le service des Archives.

Et puis la parole est donnée à Laura qui a une manière toute personnelle de raconter «Halloween», tandis que Manuella se délecte déjà à l’idée du Salon des vins et de la gastronomie de Pertuis au mois de mars !

J’espère que cette lecture vous réjouira et si vous avez des souvenirs pertuisiens à raconter, des paysages et monuments locaux qui vous interpellent, venez nous rejoindre ! Michèle Gamet, élue déléguée au Patrimoine et au Tourisme.

Téléchargement disponible sur http://www.fichier-pdf.fr/2015/01/09/journal-du-patrimoine-n-1/

Publié dans Actualités, patrimoine | Marqué avec , , | Commentaires fermés

Les Journées de la parentalité 2015, Colloque National à Pertuis « La Famille dans tous ses éclats », Vendredi 16 janvier lisez la suite …

affiche colloque national (2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Les Journées de la Parentalité à Pertuis
Parentalité aujourd’hui : Quel enfant, quel adulte, quel parent pour demain ?

Colloque National, Vendredi 16 janvier de 9h à 17h à l’Espace Georges Jouvin rue Henri Silvy.

Cliquez sur le programme détaillé…

flyers colloque national (1)

Programme disponible en version papier à l’Office de Tourisme de PERTUIS.

 

 

 

Publié dans Actualités | Commentaires fermés

Les bons voeux d’Angélique pour 2015 sur www.vivreleluberon.com

Des vœux enthousiastes pour 2015

En ce début janvier,  le temps est aux bonnes résolutions. Pour certains ce sera comme chaque année arrêter de fumer, pour d’autres perdre 8 kilos d’ici les soldes. Zut ça commence demain ! Et si pour une fois, on était un peu plus ambitieux et qu’on décidait, d’aspirer au bonheur. Soyons clairs, lorsque je vous parle de bonheur, il ne s’agit pas d’un sentiment de satisfaction comme d’avoir une maison douillette, un conjoint aimant, une bagnole flambante neuve ou le merveilleux service en cristal qu’on a toujours désiré.

Non, il s’agit de tout autre chose d’un sentiment bien plus profond et intime : le grand bonheur c’est lorsqu’on se surprend à réaliser quelque chose dont on ne se croyait pas capable. C’est un moment qui vous exalte et vous conduit en pensées vers d’autres alternatives.  Comme la découverte d’une possibilité amoureuse à laquelle on n’avait pas songé, l’émoi devant une œuvre artistique, l’accomplissement, après un dur labeur, d’une épreuve qui paraissait insurmontable.

Certains vous diront qu’ils l’ont cherché mais jamais trouvé. Evidemment comme le bonheur passe par la découverte, la première chose à faire pour y parvenir, c’est de sortir de chez soi et de sa routine. Et puis, se faire un peu confiance ! C’est vrai quoi vous en connaissez beaucoup des gens heureux qui sont remplis de méfiance, qui soupçonnent tout et tout le monde de leur faire un mauvais coup ? Pour 2015, cherchons ensemble ce qui se cache sous nos peurs, et faisons émerger ensemble ce bien commun qui ne demande qu’à éclore ; cette promesse d’un avenir meilleur.

Que 2015 soit une année remplie de projets, de désir d’entreprendre et de confiance en l’avenir.

Alors pour se mettre en confiance, rien de mieux qu’une bonne mine ! Pour se faire voici un velouté de potimarron qui vous permettra de ménager votre foie, de vous régaler car le potimarron possède un délicieux goût de châtaigne et d’arborer un teint de pêche. Angélique

Velouté au potimarron et carottes

soupe potimarron

Proportions pour 4 personnes.

– 1 potimarron bio de 1.2 à 1.5 kg

– 4 carottes moyennes

– 2 oignons

– 1/4 de cuillère à café de gingembre

– sel

– poivre

– Crème fraîche (facultatif)

Ordre de travail

1/Ce qui est super dans le potimarron c’est que vous pouvez manger la peau. Pas besoin de l’éplucher ! Par contre veillez à bien le laver. Coupez-le en deux à l’aide d’un couteau si vous n’y arrivez pas, glissez-le dans un sac en plastique et jetez-le par terre. C’est radical et en plus ça défoule.

2/Épluchez les carottes et les oignons coupez les premières en morceaux, émincez les seconds.

3/Rassemblez les légumes dans une cocotte remplie d’eau, si vous désirez une soupe compacte 50 cl suffiront, doublez le volume pour une soupe plus liquide.

4/Salez, poivrez, une petite touche de  gingembre et le tour est joué. Faites bouillir pendant 40 à 50 minutes, jusqu’à ce que les carottes soient bien tendres. Mixez avec un mixer plongeant.

5/Avant de servir, ajoutez une cuillère de crème fraîche épaisse.

On retrouve les bons conseils d’Angélique sur http://fleursdesel.com

Publié dans Actualités, Gastronomie, le Voyage gourmand d'Angélique | Commentaires fermés

Loto des Restos du Coeur à Pertuis, Dimanche 4 janvier, plus de détails sur www.vivreleluberon.com

Loto des Restos 2015

Les bénévoles des Restaurants du Cœur de Pertuis vous souhaitent ainsi qu’à vos proches d’agréables fêtes de fin d’année et vous adressent tous leurs vœux pour 2015.

Depuis 30 ans les Restos s’engagent auprès des plus démunis.

Pour permettre ce soutien, le Centre de Pertuis organise le loto des Restos 2015.

Celui-ci aura lieu le dimanche 4 janvier à 14h30 à l’espace Georges Jouvin, rue Henri Silvy à Pertuis.

Publié dans Actualités | Commentaires fermés

Fuveau, Course à pied, Dimanche 4 janvier, lisez la suite …

« La Fuvelaine »

la-fuvelaine (1)

24e édition. Course à pied de 13 et 6.5km + course enfants. Tarif 10€ à 13€. Inscriptions sur www.kms.fr et sur place  jusqu’au 3 janvier.

Publié dans Actualités | Commentaires fermés

Meyrargues, Feu d’artifice du Nouvel An Jeudi le 1er janvier, lisez la suite …

Feu d’artifice du nouvel an à Meyrargues

feu d'artifice shutterstock_112860445

Jeudi 1er janvier :  à 18h au parking du stade Noël Véran.
Plus de renseignements au  04 42 57 50 09

 

Publié dans Actualités | Commentaires fermés